Le livre papillon : lecture nouvelle, entre album et BD

Déc 05, 2014 2 commentaires par
 
Résumé pour les pressés :
Il file, il file, le livre papillon. Il file dans la ville, rempli de mots doux et de secrets. Ce livre un peu magique permettra à des enfants d’un même quartier de se rencontrer. Et à des lecteurs de vivre une expérience de lecture innovante, entre album et BD.
Age idéal : 7/10 ans mais il est tout à fait possible de le proposer dès 5/6 ans en lecture accompagnée
Support : Apple et Android. Prix : 4,99€
A télécharger ici sur l’Apple Store
A télécharger par là sur le Google Play

 

 Les mots secrets et magiques de Paolo

Le livre papillon 8Ah décidément, les animations et illustrations de Claire Fauché font à chaque fois mouche. Car après avoir signé le superbe Conte du haut de mon crâne, elle s’est remise aux pinceaux et manettes numériques pour Le livre papillon, écrit par Marine Locatelli. Cet album numérique, édité par la Souris qui raconte, est disponible désormais sous forme d’application Android et Apple. Et c’est une véritable expérience de lecture qui nous est proposée.

Le livre papillon 6Les enfants vont découvrir l’histoire d’un petit garçon en manque d’amis, Paolo. Un jour, son livre à lui, recueil personnel de poèmes et de mots secrets, s’envole par la fenêtre, accompagné de quelques autres ouvrages mutins – un coup à la Morris Lessmore, se diront les connaisseurs du livre numérique Jeunesse ;-).

Paolo a ainsi perdu son livre de chevet et d’autres compagnons de lecture. Mais les livres envolés vont se retrouver dans les mains d’enfants du quartier, et c’est ainsi que Paolo va se constituer un réseau d’amitiés.

 

 Créativité à chaque page

Le livre papillon 3

A part le cliché de la première page, associant ordinateur et solitude, le reste de l’ouvrage est truffé d’inventivité textuelle. D’ailleurs, la grande force de cet album réside dans sa créativité à tout niveau. La narration se déroule comme un scénario à plusieurs entrées. On voit sur certaines pages la scène sous différents angles.
L’illustration est régulièrement découpée en trois bandes verticales d’images animées. Seule la première s’affiche au départ.

Le livre papillon 4

Par exemple, on voit dans la première les livres qui s’échappent par la fenêtre. En touchant du doigt cette image, on y fait apparaître Paolo qui fait signe aux livres de s’arrêter.
Un second tapoté et l’image de cette case est remplacée par celle de Paolo de dos, fermant la fenêtre.

En même temps, la seconde bande d’image est apparue : le détail de la main de Paolo en train d’actionner le loquet de la fenêtre.

Le livre papillon 5

Un autre tapoté et la troisième image arrive montrant la vue depuis l’extérieur de la fenêtre. Sur un même écran, on voit ainsi la fenêtre de l’intérieur et de l’extérieur.

Voici ce que cela donne sur le côté gauche de l’article.

De cases en cases

Le livre papillon 7

Une réflexion et une mise en scène proche du fonctionnement de la BD. Parfois l’illustration est découpée en trois cases, parfois en deux ou en quatre. Parfois elle est unique et remplit l’espace avec d’autres types animations. Mais chaque page est une nouvelle découverte.
Ce traitement s’accorde à merveille avec le style du livre, moderne, rythmé, découpé. Lisez donc un extrait :  « Feu rouge. Voiture à l’arrêt, hors de danger. C’est ce qu’on croit… Un livre s’écrase sur le pare-brise comme un fiente géante de goéland. SPLATCH! Une mégabombe de mots qui volent en tout sens ! Mais on lit dans quel sens ? « Ah ben ça alors, il pleut des livres en plein soleil maintenant!? » crie Peter sorti de la voiture. Warnings en service. Attention, attaque de livres sur la ville ! »
L’ensemble, scénario, animations, illustrations et texte, est au diapason et le lecteur apprécie. Voici une belle prouesse !

 

 

Le livre papillon

< 5 €, 6/8 ans, 8/12 ans, Android, Anglais, Apple, Applis, En bibliothèque, Français, Google Play, iPad, Lecteurs confirmés, Lire et Ecrire

Cet article a été écrit par :

Une souris à l'affût. Journaliste et experte en usages et offres numériques pour enfants.
Les commentaires sont fermés